Un chant né dans l’église de Belleville : Ouvrez les portes, annoncez le Roi

Le 28 octobre 2018, notre église accueillait les équipes de télévision de l’émission Présence protestante sur France 2.  Le temps de culte diffusé en direct a commencé avec un premier chant : Ouvrez les portes, annoncez le Roi.

Sa compositrice Judith Ann Robertson nous raconte l’histoire de ce chant, né dans l’église de Belleville et enregistré en 1993 .

 

Vous pouvez le retrouver dans le recueil J’aime l’éternel 2 de Jeunesse en mission, il s’agit du chant 539 :

 

Ouvrez les portes, annoncez le Roi
Et laissez Jésus entrer.
Ouvrez les portes et ouvrez vos cœurs,
Il vient avec majesté.

Ouvrez les portes à celui qui vient au nom du Seigneur,
Ouvrez les portes à celui qui est le Dieu vainqueur.

Ouvrez les portes à celui qui tient les clés de la vie.
Ouvrez les portes et les pauvres seront affranchis.

Ouvrez les portes à celui qui est le consolateur.
Ouvre les portes à celui qui veut sonder nos cœurs.

Ouvrez les portes au Seigneur et dressez-y vos bannières,
Aplanissez vos sentiers et enlevez les pierres.

« Le chant « Ouvrez les portes » (… annoncez le roi …) est directement inspiré d’une parole donnée dans un contexte bien précis. Nous sommes au début des années 90. Le temple de Belleville existe depuis un siècle. Il compte alors une trentaine de membres, principalement des Français métropolitains de « classe moyenne » – de jeunes actifs, des étudiants y compris un normalien très actif, des personnes à la retraite. L’église est soutenue depuis quelque temps par l’équipe de Jeunesse en Mission, basée dans ses bureaux de la rue Rébéval, à 100 mètres de là.

Ce mardi matin, l’équipe de Jeunesse en Mission est accueillie dans le temple pour prier. Pendant la réunion, quelqu’un se lève et lit le psaume 24 « Portes, élevez vos linteaux, élevez-vous, portails éternels. Que le roi de gloire fasse son entrée ! »

L’équipe prie, proclamant ces versets à haute voix. Elle s’avance vers les grandes portes, les ouvre,  lit à haute voix et à plusieurs reprises le psaume, puis referme les portes et conclut la réunion peu de temps après.

Le dimanche suivant, l’orateur, qui représentait La Ligue pour la lecture de la Bible, monte sur l’ estrade pour prêcher. Il demande à un volontaire : «  Merci d’aller au fond, vers  le portail en verre à l’intérieur des grandes portes. A mon signal, tu l’ouvriras, et toute l’assemblée proclamera : Voici le roi !  Nous le ferons trois fois ».

Le volontaire s’exécute et l’assemblée proclame « Voici le roi ! » trois fois, tandis que l’équipe de Jeunesse en Mission, ébahie, se regarde, en reconnaissant que Dieu avait donné une parole forte pour Belleville (il va de soi que nous n’avions rien dit à l’orateur).

Le chant que j’ai composé a été chanté dans le temple et dans les rues de Belleville, puis dans d’autres rues de Paris lors de la Marche pour Jésus.  Il a  fait le tour du monde francophone, figurant sur le prochain CD de Jeunesse en Mission et beaucoup d’autres, repris dans les recueils de chants.

Cette parole a été donnée, je crois, pour Belleville, en entier. Tout d’abord, pour l’église, qui a grandi de 30 à 400 personnes sur une décennie, sa croissance s’élevant même de 30 à 100 personnes « d’un coup » au début d’une année.

Mais aussi pour le quartier qui l’entoure. L’histoire de l’église de Belleville est étroitement liée à celle de ce quartier, au service duquel elle est née, à la fin du dix-neuvième siècle.

Quand j’ai lutté pour le composer, faisant appel à Rémi, le jeune normalien, pour boucler les paroles du dernier couplet, ni lui, ni moi aurait pu imaginer que ce chant serait tellement chanté.

Mais avant tout, il est fait pour être chanté au bénéfice de cette terre, sur laquelle le temple est construit, ce quartier jadis populaire, maintenant en voie de gentrification, mais où se cache encore la semence de la blessure, de la rébellion, du refus de se laisser opprimer.

Disons haut et fort à Belleville «  Portes, élevez vos linteaux, élevez-vous, portails éternels. Que le roi de gloire fasse son entrée. »