Une semaine avec les étudiants de l’école de Bethel Church

Chaque année, nous avons le grand plaisir de recevoir un groupe d’étudiants de Bethel church, une immense église de Redding, Californie. Ils étaient une vingtaine, accompagnés par leur responsable Pamela.

Leur programme fut d’animer une formation de louange ainsi que les deux cultes de notre église. Nous avons même eu la chance de les compter parmi nous pour louer Dieu lors de la nuit de louange, le 13 avril.

Bethel Church est renommée dans le monde entier à travers les livres de ses pasteurs Bill Johnson, Kris Valloton, Dann Silk… traduits en français, ses albums de louange mais aussi sa manière toute particulière d’évangéliser : les chasses au trésor.

Lors d’un précédent week-end d’église en 2013, nos orateurs étaient Monique et Thierry Juvet, un couple pastoral réformé venant de Suisse. Ils ont témoigné de leurs chasses au trésor avec les étudiants de l’école du surnaturel de Bethel que nous recevions cette semaine.

Le livre Honneur et puissance, les fondements de la culture de l’honneur relate leur expérience. L’expérience est bien le maître mot de ces chasses au trésor car comme le remarque Thierry Juvet dans son livre : « Le besoin d’une personne en détresse n’est pas de recevoir une leçon mais une expérience de la part de Dieu ».

Rencontre avec Jack, 22 ans.

 

 

C’était la deuxième visite de Jack, le batteur de l’équipe de louange de Bethel. Il vient du Texas. Il étudie depuis deux ans à l’école du surnaturel. Cette école compte 2300 élèves .

La semaine de mission fait partie de leur cursus : tous les élèves de l’école partent dans plus de 90 pays. Jack est venu avec un groupe de 24 personnes en France .

Leurs journées étaient consacrés à évangéliser et prier pour les Français. Ils ont rencontré une centaine de personnes et ont constaté que les gens étaient en majorité beaucoup plus ouverts à l’Évangile que l’an dernier. Les personnes rencontrées acceptaient plus volontiers que l’on prie pour eux.

Pamela est responsable du groupe des étudiants de Bethel Church. Elle a accompagné des groupes ici à Belleville en 2015, 2017 et 2018. Elle a vécu en France et a noué une solide relation fraternelle avec notre église :

 » Ma relation avec votre communauté date de bien avant les années 2000 et depuis , il s’est passé tellement de choses. J’ai participé à un service d’été avec Jeunesse en Mission (JEM) en 1993 ; c’était mon deuxième contact avec la France et j’en suis tombée amoureuse. Que de beaux souvenirs ! J’ai beaucoup aimé les leaders de JEM et de la communauté de Belleville. Les relations entres les membres sont si chaleureuses et c’est ce qui me toucha le plus « .

Voici son sentiment sur la manière dont le Seigneur a conduit les choses pour cette semaine de mission 2018 à Paris :

 » Le premier dimanche de notre séjour, j’avais le plaisir d’envoyer des équipes au sein de cinq différentes églises à Paris : EPU Belleville, Paris Evangile, Metanoia Family, Eglise Impulsion et Eglise Espoir et Vie. Après quoi, une équipe a eu le privilège d’aller à Rennes à l’église Face à Face.

Les années précédentes, nous avions aussi visité des églises dans le Sud-Est, Sud-Ouest et Est. La grève SNCF cette année nous a conduit à limiter nos déplacements cette fois., mais je crois que tout cela était le plan parfait de Dieu, qui voulait davantage bénir les églises de la région parisienne« .

 

La semaine avec les étudiants de Bethel Church vue par les paroissiens de l’Eglise de Belleville

Valérie était présente lors du culte du mardi et voici son ressenti de cette soirée :

« Nous avons été au bénéfice de la participation des étudiants de l’école de ministère de Bethel Church. Les musiciens ont participé à la louange avec deux personnes de notre équipe de louange habituelle. Un équilibre a été trouvé entre chants en français et chants en anglais.

Nous avons pu constater que ces jeunes musiciens ont l’habitude de diriger l’assemblée dans des temps d’adoration. Peut-être que leur répertoire y est plus adapté.

Le jeune homme qui a fait la prédication a relevé le défi de prêcher en français. Il s’est très bien débrouillé avec notre langue malgré ses lacunes et son manque d’habitude. Au travers de cet « exercice », il a manifesté une grande humilité.

Nous avons été touchés par ce signe fort qu’il a donné de vouloir nous rejoindre et nous atteindre sur notre propre terrain. Les temps en petits groupes ont essentiellement porté sur le thème de la prière de foi pour la guérison et la manifestation du surnaturel du Royaume de Dieu dans le naturel de nos vies. Ces moments ont été encourageants pour les personnes qui y ont participé. ».



diam amet, tempus Donec nunc elit. Aenean Aliquam Donec Curabitur ut